Recevez chaque jour un réflexe naturel dans votre inbox ; c'est 100% gratuit »

Oméga 3 & 6 : des ingrédients jeunesse ?

By Béatrice / 16 février 2015

Tout le monde a déjà entendu parler des oméga 3, dont les bienfaits, notamment sur le système cardio-vasculaire, sont toujours largement étudiés et scientifiquement prouvés. Et qui dit oméga 3 dit bien souvent oméga 6, leurs petits cousins !

On s’accorde tous sur un point : les oméga 3 et 6 sont bénéfiques pour la santé. Mais lorsqu’il s’agit d’en parler, on se rend vite compte qu’on ne sait finalement pas grand chose d’eux !

Pas de panique ! Nous sommes là pour répondre à quelques questions concernant ces deux familles d’acides gras, importants voire essentiels au bon fonctionnement de notre organisme. Voici donc tout ce qu’il convient de savoir sur les acides gras oméga 3 et oméga 6 !

Les oméga 3 : qu’est ce que c’est, au juste ?

Le poisson, source connue (et réelle) d'oméga 3

Le poisson, source connue (et réelle) d’oméga 3

Les oméga 3 sont une famille d’acides gras, retrouvée dans la majorité des graisses animales (poissons gras +++) et végétales (huiles, margarines), en quantités variables. Le plus connu des oméga 3 est l’acide alpha-linolénique, dont les propriétés sont étudiées depuis de nombreuses années.

C’est un acide gras dit essentiel, car il n’est pas synthétisé par notre organisme mais reste indispensable à son bon fonctionnement. Il faudra donc veiller à le consommer de façon régulière et adaptée à nos besoins. Les acides gras en général et les oméga 3 en particulier ont de nombreuses fonctions dans notre organisme :

  • Une source d’énergie : ils nous donnent la pêche !
    Comme tous les lipides, les acides gras sont une puissante source d’énergie pour notre corps, surtout lors d’un effort physique. Les acides gras contenus dans notre tissu graisseux sont utilisés lors d’un effort pour fournir de l’énergie, sans laquelle notre corps ne pourrait pas assurer ses fonctions normales. Faire du sport fait ainsi diminuer notre masse graisseuse en mobilisant les graisses stockées pour les transformer en énergie !
  • Un rôle structural : ils préservent la « jeunesse » de notre organisme.
    Les acides gras interviennent dans la production des lipides qui constituent les membranes des cellules. Cette propriété est primordiale car c’est par exemple grâce à cela que les cellules constituant le cœur, les vaisseaux et le cerveau gardent leur souplesse et leur élasticité, assurant le bon fonctionnement du système cardio-vasculaire ou des neurones.
    Ainsi, certains oméga 3 sont bénéfiques dans la prévention des maladies cardio-vasculaires, alors que d’autres vous aideront à maintenir votre cerveau et vos capacités intellectuelles au top !
  • Un rôle de messagers : ils combattent certaines agressions.
    Les acides gras sont également des messagers cellulaires importants, notamment dans les réponses inflammatoires. Ils permettent ainsi d’une part d’inhiber la production de molécules inflammatoires et d’autre part de combattre l’inflammation. De nombreuses recherches sont en cours pour évaluer les bénéfices des Oméga 3 dans certaines maladies inflammatoires chroniques comme l’allergie, l’asthme ou certaines maladies rhumatismales ou inflammatoires chroniques.

Les acides gras, parmi lesquels les oméga 3, ont donc de nombreuses vertus, dont certaines sont encore à découvrir ! Ils sont bénéfiques pour notre santé, à condition d’être consommés en quantité nécessaire et suffisante, c’est à dire ni pas assez, ni trop !

Si vous vous intéressez aux oméga 3, vous aurez vite compris qu’ils sont quasiment indissociables des oméga 6, mais pourquoi donc ?

Qu’en est-il des oméga 6 alors ?

Les huiles végétales, de bonnes sources d'Omega 6

Les huiles végétales, de bonnes sources d’Omega 6

Les oméga 6 constituent un autre groupe d’acides gras, dont le plus connu est l’acide alpha-linoléique, le seul acide gras essentiel du groupe. Ils se retrouvent en grande quantité dans les huiles végétales, mais également dans les produits animaux terrestres (viande, œufs), contrairement aux oméga 3 que l’on retrouve plus volontiers dans les produits marins.

Tout comme les oméga 3, les oméga 6 sont bénéfiques pour notre santé s’ils sont bien consommés. Ils jouent ainsi un rôle important dans les systèmes cardiovasculaires, immunitaires, mais également dans tout un tas de réponses physiologiques lors de réactions allergiques, inflammatoires ou lors d’une blessure.

Ainsi les effets bénéfiques des oméga 6 sur notre santé sont reconnus et documentés, mais il faut les consommer avec modération car ingérés en trop grande quantité, ils deviennent néfastes !
Nous allons voir que pour obtenir le meilleur de ces deux groupes d’acide gras, il faut impérativement les consommer dans les bonnes proportions.

Le bon ratio Oméga 6 / Oméga 3, ou comment être sûr de bénéficier de tous les bienfaits de ces acides gras essentiels.

Nous consommons trop d’oméga 6 par rapport aux oméga 3

Selon les recommandations de l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de Aliments (AFSSA, nouvellement ANSES), qui a publié en 2001 les conclusions d’un groupe de travail sur les oméga 3 et leur rôle dans la protection cardiovasculaire, un des paramètres les plus importants à considérer est le rapport de la teneur en oméga 6 et oméga 3 dans les aliments.

Autrement dit, il ne faut pas consommer trop de l’un par rapport à l’autre.Or ce déséquilibre va toujours dans le même sens : nous consommons trop d’oméga 6 par rapport aux oméga 3.

Ainsi le rapport préconise que le rapport oméga 6 / oméga 3 tende vers 5 pour coller au plus juste aux apports nutritionnels conseillés.

Or dans notre mode de consommation actuel, ce rapport ce situe entre 10 et 15, avec une moyenne à 12 ! Il peut même aller jusqu’à 30 voire 40 dans des régimes très déséquilibrés !

1/12 Taux Om.3 / Om.6 constaté
1/5 Taux Om.3 / Om.6 conseillé

Cette proportion doit être respectée car il y a, comme nous l’avons vu, un rapport étroit entre oméga 6 et oméga 3, notamment au niveau de la dégradation de ces acides gras en leurs dérivés actifs.

En effet il existe une compétition enzymatique lors de la dégradation des omégas : s’il y a trop d’oméga 6, les enzymes vont se concentrer sur sa dégradation et les oméga 3 ne seront pas utilisés par notre organisme. Avouez que c’est quand même dommage !

Un nouvel avis de l’AFSSA publié en mars 2010, revient sur les apports nutritionnels conseillés en acides gras. Elle confirme que le rapport Oméga 6 / Oméga 3 doit être proche ou inférieur à 5, et statue sur les besoins physiologiques minimaux en Oméga 3 et 6, pour un adulte :

« Le besoin physiologique minimal en acide linoléique est estimé à 4,4 g/j pour un apport énergétique de 2000 Kcal/j »
« Le besoin physiologique minimal en acide alpha-linolénique est estimé à 1,8 g/j pour un apport énergétique de 2000 Kcal/j »

En pratique, il est extrêmement difficile de connaître notre consommation exacte en Oméga 3 et 6, car les données manquent et les industriels ne sont pas très bavards à ce sujet. Beaucoup de produits sont enrichis en Oméga 3, mais là aussi, difficile de savoir leur véritable proportion ! Prenez ces quelques bonnes habitudes concernant les oméga 3, et vous serez du bon côté de la santé !

Information Comptoir Naturel Etablissez un meilleur équilibre Oméga 3 / Oméga 6 : dans la mesure du possible, consommez davantage de poisson, et moins d’huiles végétales et de viande.
Vous aimerez aussi...
About the author

Béatrice

Pharmacienne et passionnée de remèdes naturels.

Comments are closed